AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
 Celui qui essayait d'être sympa - Ari



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


HUMAN
avatar
HUMAN

DATE D'INSCRIPTION : 09/09/2014
GRIFFURES : 120
CRÉDITS : Okinnel







MessageSujet: Celui qui essayait d'être sympa - Ari
Mar 2 Déc 2014 - 14:35

Pour une raison qui m’avait souvent échappé, on m’avait toujours rabaissé. Non que je sois si bon que ça, que je sois qualifiable d’homme bien, mais je ne pouvais pas non plus prétendre que les choses étaient si différentes. Je n’aimais pas que l’on m’agresse, je détestais que l’on puisse s’en prendre à moi parce que c’était quelque chose qui m’avait toujours posé quelques problèmes, de toute façon. C’était déprimant et il n’y avait pas grand-chose à faire pour arranger la situation. Et au final, on n’allait pas non plus se mettre à dire qu’il m’était vraiment dérangeant de me dire que les gens ne m’appréciaient pas. Moi, cela m’allait très bien en réalité. Et je trouvais toujours la situation plus agréable. Et plus facile à vivre aussi. Au moins, en écartant tout le monde, on n’avait pas à dépendre de l’avis des gens, on n’avait pas à se soucier de ce que les gens pouvaient bien dire. Ce n’était pas ainsi que cela fonctionnait, de toute manière. Mais je ne pouvais pas nier le fait que cette situation restait légèrement grotesque. Comment étais-je censé avancer dans la vie alors que le monde entier semblait me détester ? J’étais parfaitement conscient du fait que cela ne fonctionnait pas comme ça mais je ne pouvais pas non plus prétendre que cela ne rendait pas mon existence plus simple. Je n’avais pas à me battre pour attirer l’attention, je n’avais pas à me soucier d’avoir une petite amie ou ce genre de chose. Peut-être que cela ne facilitait pas mon existence mais au moins, je n’avais pas à me soucier de la moitié des choses qui faisait de ma vie ce qu’elle était, et moi, ça ne me déplaisait pas vraiment.

Traînant les pieds en pleine rue, je me demandais comment est-ce que ma vie aurait pu être, si je m’étais décidée à faire les choses différemment. Aurais-je été capable de m’adoucir pour me faire des contacts ? J’en doutais. Je n’avais encore jamais été suffisamment responsable pour faire la part des choses. Je n’étais pas quelqu’un comme ça, je n’en avais jamais eu la force et de toute manière, je n’avais jamais été apte à me rapprocher des gens, pas comme ça. J’avais passé toute ma vie tout seul, j’avais été contraint de grandir en solitaire ou presque, avec une seule personne, avec un loup. J’avais toujours été différent et de ce fait, il était impossible d croire une seule seconde que les choses allaient pouvoir changer. Cela ne fonctionnait pas comme ça et j’espérais que les gens étaient bel et bien capables de le comprendre. C’était ainsi, point barre. Et il n’y avait rien d’autre à faire à ce sujet. Et peut-être oui, peut-être que j’étais devenu un monstre en faisant ce que je pouvais et cela n’avait strictement pas été évident.

Ma vie n’était pas si pourrie, en plus, je pouvais faire tout ce que je voulais, et j’étais libre de m’en prendre aux gens dès que j’en avais envie. Et cela m’apparaissait bien plus facile. Peut-être n’avais-je pas le côté social dont la plupart des personnes ne pouvaient se passer. Mais j’y arrivais très bien et j’avais, en plus du reste, la possibilité de faire ma vie sans avoir à me prendre la tête, par rapport à ce que les gens pouvaient être amenés à penser de moi. Certes, ça n’avait rien d’évident, oui, peut-être.

Une bousculade avec un gars plus tard, je pris grandement sur moi pour ne pas me montrer trop désagréable. Il n’était pas évident de faire la part des choses, mais… Je savais qu’il était grand temps pour moi de montrer un peu de sympathie. Ou en tout cas, je pouvais essayer de tenter un peu de jouer la carte du mec cool. Mais ça, ce n’était pas encore gagné. Je ne savais que trop bien que j’avais bien des difficultés avec tout ça. Ça allait être… Vraiment compliqué.

« Désolé mec. Il m’arrive souvent de ne pas regarder où je mets les pieds. »

Et ça, autant le dire, ce n’était pas le genre de réplique que j’avais l’habitude de dire. Mais ça faisait du bien, parfois.

_________________

+ This is it, the apocalypse
Dig up her bones but leave the soul alone. Let her find a way to a better place. Broken dreams and silent screams. Empty churches with soulless curses. We found a way to escape the day© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avengedinchains.tumblr.com





HUNTER
avatar
HUNTER

DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2014
GRIFFURES : 149







MessageSujet: Re: Celui qui essayait d'être sympa - Ari
Dim 7 Déc 2014 - 14:46

Le jour qui a commencé il y a un long moment déjà est plutôt propice à Aristide Nielsen. Le Français se sent d'une humeur étonnamment propice. Pour une fois, il ressent une émotion qu'il n'a pas connue depuis fort longtemps : de l'insouciance. Il se sent libre de tout péché, innocent comme au jour de sa naissance. Il ne s'est pourtant rien passé qui puisse justifier cette bonne humeur. Peut-être s'est-il simplement levé du bon pied. Ce matin, il n'a pas cours. Il va en profiter pour corriger quelques copies qui traînent depuis un peu trop longtemps, et qu'en professeur consciencieux, il devrait rendre à ses élèves cet après-midi. Les pauvres jeunes n'ont absolument pas conscience de la difficulté que cela peut avoir. Au bout de la cinquantième copie bourrée des mêmes fautes, il y a de quoi s'arracher les cheveux, et ce, encore plus quand on enseigne sa langue maternelle. Enfin, Aristide a ses techniques, il ne fait jamais toutes les copies d'un coup, et il réserve celle des élèves qu'il sait qu'ils ne feront pas trop d'énormités grammaticales pour les moments où il est sur le point de désespérer de l'humanité. Comme celle d'Echo Peterson, par exemple, il sait déjà qu'il terminera par celle-là aujourd'hui. En attendant, il a quelques courses à faire, et sort de chez lui. Aristide s'y rend à pied, les transports en commun le mettent un peu mal à l'aise et de toute façon, la distance ne lui fait guère peur.

Il est en train de cheminer quand tout à coup, son attention est prise par un petit slogan sur une boutique, slogan qui utilise un mot français. Cela fait sourire Aristide, car le mot n'est pas du tout employé dans un bon contexte - mais au moins, il est écrit de façon parfaitement correcte. Regardant ce mot, Aristide ne voit pas l'homme qui marche dans le sens contraire au sien. Ils se bousculent malencontreusement, mais le jeune Français ne lui en veut pas, même s'il s'excuse. Ce n'est pas si grave que cela. « Non, c'est moi, pardon monsieur. Bonne journée à vous. » : répond-t-il avec une politesse sincère et en inclinant légèrement la tête - geste dont il aurait pu se passer car trop théâtral, mais soit. Puis il reprend son chemin, ne pensant pas que cet incident va les déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





HUMAN
avatar
HUMAN

DATE D'INSCRIPTION : 09/09/2014
GRIFFURES : 120
CRÉDITS : Okinnel







MessageSujet: Re: Celui qui essayait d'être sympa - Ari
Lun 12 Jan 2015 - 11:45

Je n’ai pas pour habitude de me montrer gentil. Ce n’est pas faute d’avoir déjà essayé mais j’ai vite fini par me rendre compte que ce n’était pas ma plus grande qualité. Bien sûr, lorsque l’on connaît mon histoire, on peut facilement imaginer que c’est plus ou moins normal, pour moi, d’être un peu à côté de la plaque. Je ne le fais pas exprès, si c’est ce que les gens s’imaginent. Je ne me comporte pas comme le dernier des cons parce que j’en ai envie, bien que nombreuses soient les personnes à le mériter. Mais si j’agis ainsi, la plupart du temps, c’est parce que je n’ai jamais appris à me comporter différemment. Non que cela m’intéresse vraiment, mais je ne peux pas nier que cela n’ait rien d’évident malgré tout. Je veux être quelqu’un de meilleur, quelqu’un de grand, quelqu’un de bon. Mais il n’y a jamais eu de mode d’emploi pour pareille chose, et ça, je ne l’ai que trop bien compris. Ca, je ne peux pas l’oublier Et je me fous de savoir ce que les gens en pense, je me moque de savoir de quoi il s’agit. Je me moque de voir que le monde risque de s’écrouler d’une minute à une autre, parce que je sais que cela ne va pas s’arranger. J’ai été seul trop longtemps pour comprendre comment vivre une véritable vie, pour comprendre comment aller de l’avant. Il n’y a pas de mode d’emploi, je le sais, j’ai cherché longuement. Depuis longtemps, je cherche à retourner dans la vraie vie et pourtant, quitter ma forêt ne semblait pas être quelque chose de simple. Alors oui, je tente, parfois, de ne pas être le con de service. Est-ce que cela fonctionne vraiment ? Non, ou presque pas. Je refuse d’imaginer que cela fonctionne si bien que ça. Ce n’est pas le cas. Pourtant, comment me montrer sympa quand le seul mec avec lequel je m’y essaie, trace sa route sans même m’accorder l’ombre d’une chance de me prouver que je peux l’être. Et je ne peux pas le forcer, ce n’est pas ainsi que cela fonctionne, malgré tout. Les choses sont ainsi, et que cela me plaise ou non, il n’y a rien de plus à en dire. C’est ainsi, que cela me plaise ou non, d’ailleurs. C’est ainsi, et c’est sans doute là que se trouve le problème, de toute évidence.

Je ne sais même pas comment le retenir. Je pourrais lui proposer bien des choses, je pourrais l’inviter à aller boire un coup mais ce n’est sans doute pas à moi de faire quelque chose comme ça, sans qu’il ne se pose des tas de questions. Ca craint à mort, en fin de compte. Et ce n’est sans doute pas la bonne solution, je ne le sais que trop bien. Et cela ne me plaît pas, cela ne me plaît absolument pas, en fin de compte. Il faut que je me reprenne, bien que cela ne soit pas simple. Ca ne l’est absolument pas. C’est un gros problème, en plus du reste. Je soupire doucement, alors que la situation m’échappe totalement. Voilà que pour une fois, je me montre agréable avec quelqu’un et i les casse. Bon, en même temps, on vient de se rentrer dedans, cela ne veut absolument pas dire que l’on va se marier. Heureusement, d’ailleurs, puisque je ne suis pas vraiment certain de pouvoir jouer cette carte, absolument pas certain, en plus. « Je peux vous inviter à boire un coup ? Histoire de souffler un coup. Juste comme ça hein ». J’haussais les épaules. Bon, les chances pour qu’il accepte sont de zéro. Aucun doute sur la question. Et c’est sans doute mieux comme ça. James O’Carolan, gentil ? Bof !
made by LUMOS MAXIMA

_________________

+ This is it, the apocalypse
Dig up her bones but leave the soul alone. Let her find a way to a better place. Broken dreams and silent screams. Empty churches with soulless curses. We found a way to escape the day© caius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avengedinchains.tumblr.com





Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Celui qui essayait d'être sympa - Ari

Revenir en haut Aller en bas



 

Celui qui essayait d'être sympa - Ari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


NAVIGATION.

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum